ATAR

feu visible et invisible

Ahura Mazda, divinité unique, abstraite et transcendante du zoroastrisme donne naissance à Atar, feu primordial, lumière fulgurante, qui précède et engendre les illuminations célestes. La photographie, écriture de lumière porte également en elle un feu visible et invisible, qui devient ici la source d’un nouveau récit fictif, d’une nouvelle légende urbaine. Cette légende, “Atar, feu visible et invisible” se répand dans l’espace public à travers des écrits, légendes d’images, débuts d’histoires, des extraits d’une nouvelle fable.

Les artistes de la compagnie ohm-art investissent l’espace urbain , campent sur la place publique pour colporter cette nouvelle fable. Acteurs sociaux impliqués, souvent perturbateurs, ils invitent à l’imaginaire, créent des rencontres poétiques et fabriquent avec les habitants la légende d’Atar, feu visible et invisible.

Atar, feu visible et invisible, c’est donc un conte une légende, à partir de photographies, d’extraits, d’annotations, de textes issus de l’expérience d’habitants, de leur vécu. Les extraits de cette fable affichés ici et là invitent au merveilleux dans la rue. Loin des messages à caractères publicitaires ou même informatifs, ces bribes de texte constituent un jeu de piste sans but, ni règles, si ce n’est le plaisir de s’en saisir pour imaginer une suite à l’histoire, une image, comme une nouvelle légende liée au territoire, à ses habitants et à ses usagers…

Comme des pièces rapportées, comme des témoignages de l’aventure, cette édition doit permettre aux lecteurs de s’inventer leur propre histoire, de faire ainsi rayonner la légende d’Atar, feu visible et invisible.

Conception

Sarah Mulot

Artistes invités

Julien Vadet

Marcelo Valente

Chloé Colin